<< Retour à l'accueil

L'Autre de l'Ame...

19 avril 2019

Ulysse


Compagnon d'Odyssée...

Le paradoxe de l'événement, c'est que son caractère éruptif et intempestif se conjugue immédiatement avec le sentiment d'une inflexible nécessité. Il ne surprend que de produire la reconnaissance. Aussi ne se donne-t-il, impromptu et incalculable a priori, que revêtu du charme de l'évidence fatale a posteriori. Il ne pouvait pas avoir lieu et il devait avoir lieu. Il était impossible ET il était nécessaire. Coup de foudre d'une seule seconde, il est venu signer l'histoire entière de l'orage, et son éclat semelfactif a des reflets sempiternels... Ici même, ici et maintenant, compagnon : Notre-Dame a brûlé. Crime, accident, complot, ça ne change rien à l'intelligence symbolique du fait : la France a rendu l'âme.
Tu l'as vu en direct sur ton écran. Oui très cher, tu as vu une nation millénaire mourir. Tout le monde ne peut pas en dire autant ! Veinard va... La France a enfin exhalé son principe d'animation après une brève agonie de cinquante et quelques années dans un EHPAD multiculturel peuplé d'handicapés techno-névrotiques, de cacochymes soixante-huitards sous méthédrine, d'invertis vindicatifs entourés par des aides-soignantes martiniquaises, des brancardiers algériens et des étudiantes transgenres en littérature intersectionnelle.

Il faut à nouveau que tu viennes ici pour qu'on te le dise sans détour, compagnon : tabassée, volée, violée, martyrisée, hallucinée, mutilée, vampirisée, la France est morte lundi dernier. Je suis sidéré d'être sûr de l'avoir vu. D'avoir assisté à ça. Inutile de tortiller du cul, gémir, contredire ou finasser. Renaissance, union sacrée, nouveau départ, espoir ha ha ha, putain ! Examine ton coeur, ami inconnu, examine-le bien, regarde à l'endroit où ça fait mal et puis regarde à nouveau la flèche tomber, la charpente s'effondrer, la gueule de Macron tout chagriné en mode grosse tafiole à sa mémé - et enfin, arrête de mentir:
c'est fini.
Tu comprends pas ?
Mais il te faut quoi en fait ?
Un texto de Jésus ?
Un DM de Fulcanelli ?
Une Story Snapchat de Marie-Madeleine ?
Un e-mail de Saint Silouane ?
Un nouveau clip de PNL ?
Un nouveau Bataclan ?
Un nouveau Saint-Etienne-du-Rouvray ?
T'inquiète, pour les trois derniers, ça viendra très très vite.

Allez compagnon... Te moque pas de moi... Même avec toute la mauvaise foi du monde, toute l'imbécilité de la Terre, toute l'ignorance dont seul l'Hanoun-Homme-moderne est capable, ça ne marche pas et tu le sais très bien. Même un enfant peut comprendre ces images. Ce qui a eu lieu est trop vrai - trop immédiatement adéquat aux lignes de forces de l'Histoire, très exactement de la post-Histoire - pour ne pas exiger d'être d'abord et avant tout reçu pour ce que c'est : la FIN.

F
I
N

Junge ? Hörst du was ich sage ?!!!!! Hu !

Le Sens, dans ces flammes si hautes, a cessé d'être une intériorité recueillie, une vision partagée des seuls extra-lucides. Il s'est accompli manifestement jusqu'à brûler les yeux de tous ; par la flamme, le Sens est devenu sensible, et le sensible, enfin : sensé. Viens, je t'emmène, on va fouiller les cendres. Débranche You-zgeg et Insta-drame. J'ai la baguette furieuse et l'arc meurtrier.
Je sais parfaitement où je vais.
Suis-moi. Il y a un rubis dans la ruine.



* * *



C'est parfaitement NORMAL que Notre-Dame ait flambé.
Et cet incendie n'est que l'authentification immanente, par le symbole matériel, de tout ce qui a eu lieu depuis cinquante ans. Elle n'était, la pauvre Sainte de Pierre, qu'une objection épuisée. Son perpétuel démenti était parvenu au bout de lui-même. Qu'elle brûle donc, la Belle, plutôt que de voir les mines contrites de tous ces chacals qui ont, année après année, fait de Paris un cloaque interethnique à ciel ouvert, un dépotoir de tout ce que les sept continents ont produit de plus primitif, sinistre et laid. Elle a déjà vu la capote Act-Up sur l'obélisque, Notre-Dame, les bacs-pissotières, les Charlie taille-crayon, le Plug-Anal place Vendôme, les Algériens vengeurs, les Gauchos vociférants, les touristes hébétés, les Parisiens vélibés, les trottinettes de tarés, les Champs Elysées Zidanifiés, M'Bappisés, Hallidaysés, Black-blockisés... Elle a vu toutes les laideurs du temps qui se sont écrasées sur elle comme sur la dernière objection que leur adressait la Civilisation d'avant. Elle a vu PNL, elle a vu le PSG, elle a vu Booba, Kaaris et Mimi Mathie, les camps de migrants, les camps de clandos et les AMG des milliardaires saoudiens se garer sous son nez... Vivre-Ensemble Ouakbar, elle les a longtemps entendu crier.
Oui mais voilà : vient un temps où une objection rendue inefficiente ne peut plus s'affirmer qu'en renonçant à se dire - un temps où elle ne peut plus agir qu'en cessant d'être prononcée, seulement suggérée alors, dans l'absence où elle brille - le silence où son écho résonne jusqu'à ce qu'elle se ravale elle-même. Notre-Dame, l'inflexible, disait NON à tout - elle disait NON à la pyramide du Louvre, elle disait NON à la Gay Pride, elle disait NON à TF1, à C8, à CNews, à l'Islam, au Judaïsme, et à Libération. Elle disait NON à Macron, à Sarko, à Hollande, à Chirac, au musée des Arts Premiers, à Mediapart, à Mélenchon et à l'Institut du monde arabe. Elle disait NON à tout ce qui refusait a priori de lui dire OUI. NON à tout ce n'indiquait pas expressément que l'existence humaine ne vaut que d'être ouverte à ce qui la déborde et la donne originellement à elle-même ; NON à tout ce qui ne montrait pas que seule la douceur invincible d'un Dieu fait homme peut rejoindre l'homme exactement jusqu'à la douleur où il se trouve pour le sauver de lui-même... Mais d'avoir été rendue parfaitement inaudible, d'avoir été jour après jour Bergogliosifiée, cette objection au monde aura eu fini par se dire non à elle-même et à mourir par sa cime. La Vierge de Pierre a fait un A.V.C. Elle est morte en perdant sa couronne. Aucune promesse ne peut tenir qui ne soit pas recueillie. Aucune beauté survivre de n'être pas quotidiennement défendue. On ne peut pas la payer d'admiration factice ou de regards en coin. Il faut lui faire face et lui rendre en piété ce qu'elle donne en miséricorde. Et c'est connu, compagnon, un amour non partagé finit toujours en haine brûlante qui se dévore elle-même - d'un seul, d'un unique côté.



* * *


C'est parfaitement NORMAL que Notre-Dame ait flambé.
D'ailleurs, compagnon, l'objection qu'elle constituait était simplement formelle. Il y a beau temps que Notre-Dame avait cessé d'être Notre-Ame. C'était plutôt devenue une place vide pour loger l'âme de bien d'autres et aussi l'Autre-de-l'Ame - un bureau d'accueil, une médiathèque un peu chelou avec toutes ses statues bizarres, un centre d'action culturelle sur la ligne C du RER - une patrie pour tout le monde, donc pour n'importe qui, donc pour personne en particulier.
Symbole d'ouverture, Lieu de l'en-commun, Sanctuaire qui n'exclut pas, où tout le monde peut se retrouver pour faire France, quelles que soient ses croyances ou ses modes de vies... J'ai bien écouté : tous les rabbins, les imams, Michelle Obama et aussi Brigitte Macron, ils sont d'accord. On jurerait du Stéphane Hessel ou du Omar Sy. Ils le disent, et même si certains mentent, c'est bien cela qu'une majorité croit. Notre-Dame avait cessé d'être ce qu'elle devait être : CATHOLIQUE, au sens exact d'un universel qui assume de ne pouvoir naître que d'un creuset singulier, dans une alchimie dialectique où c'est par la rigueur d'un dogme exclusif, discriminant, négateur, arbitraire, excessif, qu'il est seulement rendu possible d'atteindre chacun, personnellement, en son coeur.
Accueil des clandos, expositions d'art contemporain, story Snapchat pour fille de Vizir en vacances chez les Babtous, occasion de selfies sud-coréens, d'Instadramerie à filtres chiens, elle n'a réussi que bien péniblement à expulser les Femen en leur donnant une petite tape dans le dos, bouh la vilaine !... Aux chiottes le Nimbe Crucifère et l'Amande de Lumière ! Nous on veut du Happening bouglionesque, du Mario Salieri sur tablettes 5G et des pansements non-racisés. On ne veut pas voir per speculum et in aenigmate... On veut une Nef de Jean Nouvel et une flèche de Rem Koolhass. On veut que ce soit pire, parce qu'au moins c'est toujours sûr. Une entrée à 3euros 50. Visite de la crypte en sus. Pourcentage retenu pour la construction de puits éco-responsables en Namibie et envoi de paquets de riz pour la Somalie. Glace Berthillon pas trop loin pour emballer Patricia. Parvis végétalisé pour trottiner à la cool et pécho du 06. Paris, c'est bien la ville du twerk, non ? Wallah ! Allez, viens Igo, on se fait un barbeuk sur la gueule de Saint Laurent et on va ramasser des tchoins khâgneuses sur les quais.

C'est parfaitement NORMAL que Notre-Dame ait flambé.
Son objection rendu inaudible, la Sainte médusée, violée, était devenue de facto le symbole d'une religion sans Dieu, d'un dogme, mais sans infidèles, d'un credo, mais sans hérésie, d'une culture, mais sans hiérarchie : d'un sens bien sûr, mais sans contresens. Le symbole d'un Ciel vide où n'importe qui peut dessiner fantasmatiquement tous les nuages qu'il désire pour satisfaire son caprice du jour. Elle était devenue exactement comme cette France dont les technocrates font mine de ne pas comprendre pourquoi elle n'est plus aimée, alors même qu'ils voudraient qu'on l'admire, mais sans connaître sa littérature, sa peinture, sans admirer son génie conquérant et colonisateur, sans s'incliner devant sa piété catholique, sans reconnaître, en somme, tout ce qui la détermine réellement. Ils voudraient que l'on aime un tableau blanc qui n'est plus qu'un miroir de complaisance. Mais peut-on aimer l'âme d'une nation abstraitement et quelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut et serait injuste...
L'objection était fatiguée d'elle-même... Et c'est la raison pour laquelle il était nécessaire que s'effondrât son écrin sublime. Que Notre-Dame finisse par crever. Dans un monde à l'envers, dans un Contre-Monde, on ne peut indiquer le Ciel qu'en montrant la Terre - et l'eau baptismale qui régénère ne peut plus être autre chose qu'un feu où tout est consumé... La conflagration de la Sainte, sa combustion spontanée, c'est un aveu d'échec et un avertissement : sans amour, la beauté ne tient pas sur ses jambes - haïe, elle devient son autre - trahie, elle est une promesse de mort. Les prêtres ont trop menti et les fidèles ont laissé faire. Sunt lacrimae rerum. Vois les cendres, compagnon... Dieu a lâché un pitbull pour détruire une flèche qui n'était plus rien d'autre qu'un doigt d'honneur.
Il est revenu - le temps des catacombes.



* * *



Remarque aussi cette chose, compagnon d'Odyssée : ces musulmans qui lundi dernier se réjouissaient de voir le symbole ultime de la France chrétienne se défaire de lui-même, ceux-là lui rendirent un plus précieux et pertinent hommage que ceux qui, par soumission ignoble à l'air du temps, refusèrent de parler de Guerre Sainte, de Croisades, de lutte à mort pour sauver l'Europe, d'augures, de cruauté islamique et de race blanche... On peut reprocher plein de trucs aux muzz, mais pas de manquer d'intelligence symbolique ni d'ignorer ce que veut dire sauver sa peau. Ce sont eux qui, au moins, ont immédiatement vu dans ce signe, un sens, et dans ce sens, une exigence sacrée. Ce faisant ils ont plus sûrement honoré la réalité du sanctuaire de Notre-Dame que ceux qui, par lâcheté ou simple hébétude aveuglée se sont empressés d'en faire un énième symbole du vivre-ensemble. Car c'est bien ce qu'ils ont immédiatement fait de cette agonie superbe : un énième manifeste de l'universalisme abstrait, une énième occasion pleurnicharde de chialer sur une chose qui touche tout le monde (tu parles), mais dont on se refuse pourtant à nommer la singularité de peur qu'elle n'oblige à faire la moindre hiérarchie. Les musulmans fanatisés, les juifs millénaristes et les Brahmanes aux yeux clos savent mieux le sens de ce qui s'est produit que les catho-camomille, les Charlie Crayola, les Rien-publiquains et les suceurs de dolmens.
Ils savent précisément ceci :

EDOM est tombé.

Que l'incendie fut accidentel ou criminel, qu'il s'agisse d'un attentat ou d'un hasard (mot arabe), quelle différence ? Quelle putain de différence ? Accidentel, il dit la négligence même qui conduisit un peuple à se laisser submerger au nom d'idéaux déviants, cache-misère ethno-masochiste d'un désir de mort. Criminel, il dit la passivité de ce même peuple, son abandon torpide à un envahisseur qui le hait, chez lui, et qui s'en vante. Dans tous les cas, tiédeur souveraine, mollesse triomphante, c'est une mort par indifférence. Des décennies de mensonges, d'outrages, d'attentats, de meurtres, d'hypocrisie, de destruction systématique de toutes les institutions traditionnelles ne peuvent symboliquement que conduire à l'embrasement du plus éclatant blason français.
Quelle ironie alors... Quelle saloperie... Il faut aller chercher chez nos ennemis et surtout pas chez Bergoglio le sens de ce qui s'est produit, tant nos champions sont occupés à perdre une guerre qui a lieu, de peur qu'elle n'éclate...


* * *


Lundi dernier, c'était donc du Fulcanelli en direct-live sur BFMTV. Une transmutation pour tous. Le diamant est redevenu du charbon. Le symbole toujours jeune de la permanence d'une civilisation s'est accompli comme le symptôme dernier d'un processus barbare de dé-civilisation. Il n'y a plus besoin de vitraux à lire de bas en haut, mon ami - il y a des fils d'actualités à dérouler, de haut en bas. Les seconds ont supplanté les premiers et ne dissimulent pas qu'ils conduisent tout droit jusqu'au continent glacé du centre de la Terre. La flèche tombe et c'est très bien, car cela signifie que le Sens travaille inexorablement, jusqu'à ce Ground-Zero de l'Europe occidentale. Qui de conscient de ce qui est arrivé depuis soixante ans sur cette terre peut sérieusement affirmer qu'une merveille comme Notre-Dame a toujours sa place en France ? Allons bon...
Si quelque chose doit survivre, et c'est sans doute le cas, ce ne pourra être qu'au milieu des ruines, en elles, à partir d'elles. De façon assumée, consciente. Ici, l'hypertechnologie ne doit en aucune manière nous piper : bien sûr les écrans fonctionnent, les téléphones sonnent, les prothèses plongent invisiblement dans nos corps qu'elles prolongent et les avions décollent. Bientôt, de gigantesques panneaux publicitaires pour le Samsung Galaxy 188 recouvriront le chantier de l'infamie où tel ou tel architecte de merde viendra faire son intéressant. Mais tout ceci n'est qu'une illusion, compagnon. Une apparence. Nous vivons déjà et vivrons longtemps encore dans les décombres de cette Nef écroulée. Et rien ne nous protège plus désormais de la cour des miracles qu'est devenue la Société ouverte et ses amis. Ceux qui pensent qu'on peut commencer à reconstruire quelque chose se trompent. Notre-Dame qui brûle, c'est une première étape, un apéritif. Là, ils veulent maquiller un cadavre. Moi je te dis qu'il faut l'incinérer d'urgence parce qu'il a la peste. Tout devra cramer, absolument tout. Les églises, les ministères, les préfectures, les mairies. Tout. Par force, nécessité, coup de pouce d'une Kère ou de Kim-Jon-Un. Mais j'ai confiance maintenant, on dirait que le Miséricordieux a décidé d'accélérer un peu le processus pour que la Nuit tombe vraiment sur l'I-monde. C'est une excellente nouvelle.
Un monde vendu à la machine, au profit et à la corporéité narcissique, un monde qui affirme nuit et jour que toute chose étant matérielle, tout est substituable à tout et qu'il n'existe aucune singularité irremplaçable, un monde qui a laissé brûler sa Sainte et qui, post-mortem, l'insulte encore en prétendant avoir les moyens spirituels de la ressusciter.
C'est parfaitement normal que NOTRE-DAME ait flambé.
Cela faisait déjà longtemps que la France avait vendu son âme à d'autres et qu'elle se réduisait à son simple corps, c'est-à-dire à l'AUTRE DE l'AME.


ps 1 :
https://www.youtube.com/watch?v=DyPtT0PM-z0

ps 2 :
https://www.youtube.com/watch?v=F-UE-KbCQD8

















A LIRE AUSSI