<< Retour à l'accueil

Ce que cache le progressisme

Auto-congratulation au pays de l'optim-homme : les médias se félicitent de l'accession au poste de Premier ministre en l'Irlande d'un "jeune, métis, homosexuel".

Ulysse

L'Ordre Nouveau qui prétend, par sa promotion incessante du "progrès", libérer chacun de toutes les assignations naturelles, sociales et normatives données, afin de permettre à chaque individu de déployer tout son "potentiel" expressif personnel, n'a cependant aucun scrupule à réduire quand ça l'arrange, qui que ce soit, à des déterminations involontaires.

Jeune ? Qu'y peut-il ? Métis ? Qu'y peut-il ? Homosexuel ? L'a-t-il choisi ? Il faut donc bien l'intégrer une fois pour toutes : les promoteurs de l'émancipation progressiste ne sont rien d'autre que des MENTEURS, puisqu'en réalité, ils font la promotion active, réelle, permanente, de types anthropologiques qui sont ceux qui conviennent à son idéal implicite : celui de la technisation humaine.

Pourquoi promouvoir l'homosexualité ? Pour accélérer encore plus le processus d'artificialisation de la reproduction, mettre en place l'ectogenèse, favoriser la désaffiliation.

Pourquoi promouvoir le handicap ? Pour accélérer le processus de fusion homme/machine permettant l'advenue de formes de présence (psychique, comme physique), soumises a priori au calcul machinique.

Pourquoi promouvoir le métissage ? Pour habituer les peuples à ne se concevoir que comme des individus, eux-mêmes réductibles à n'être que des répertoires génétiques indéfiniment modulables et reconfigurables, à la manière d'un programme informatique.

Pourquoi promouvoir la jeunesse ? Pour flatter le narcissisme subjectif et laisser planer la possibilité troublante de la vie éternelle grâce à l'hybridation homme/machine.

Pourquoi, dans le répertoire génétique, favoriser systématiquement les banques congoïdes ? Pour disposer d'une base plus facilement soumise aux impératifs du contrôle, plus immédiatement corvéable, aussi et surtout pour rendre la mutation irréversible : les peuples d'Europe ont été, et seulement eux, les artisans millénaires de l'arrachement technicien à la Nature jusqu'à sa pulvérisation atomique et génétique ; eux seuls seraient donc en mesure de l'empêcher, de l'arrêter, de la réorienter et de la contrôler par des voies naturelles classiques, soumises aux principes de la spiritualité née de leur terre : la conjugaison miraculeuse de la sagesse du monde grec et de l'expérience chrétienne. Les détruire, c'est arracher la navette à la gravité qui la retient, et la lancer -une fois pour toutes- dans l'espace indéfiniment infernal de la reformulation informatique du réel.

Le PROGRAMME est donc parfaitement clair. Et dans le fond, je pense que c'est déjà bien un type universel d'intelligence artificielle, c'est-à-dire né par complexifications progressives des relations immanentes entre les individus insérés dans le système technique, qui le dirige.

Ce nouveau ministre n'est donc bien sûr qu'un nouveau valet. Un nouveau pion. Et la manière dont on en parle, une nouvelle injection de neuroleptique favorisant l'hypnose psycho-médiatique - l'hébétude consentante.

A LIRE AUSSI